Webdestinées

Une histoire cruelle et poétique à la fois, tirée de la vie des gens ordinaires — qui est comme on le sait le plus invraisemblable puits de paradoxes et de fantaisies.

Emilie était une jolie fille, mais elle travestissait son visage sur les sites de rencontres. Un soir, elle donna rendez-vous sur la terrasse d'un café à deux web-soupirants à la fois. Elle choisit de se révéler à celui des deux qui avait apporté des fleurs. Elle posa un lapin à l'autre, pourtant assis à la table voisine.

Aujourd'hui, l'homme aux fleurs est son mari et le père de ses enfants.

L'homme sans fleurs, lui, n'a jamais vu son visage. Il est convaincu aujourd'hui encore, s'il se souvient de cet épisode, que la jeune femme n'est jamais venue à leur rendez-vous.

Commentaires

De l'amour absolu

Dimanche soir, j’avais promis à ma fille de l’emmener au ciné, si elle était sage.
Elle l’a été, évidemment. Nous sommes donc allés voir « Bright Star », le film de Jane Campion sur l’histoire d’amour intense et tragique entre le grand poète John Keats et une jeune couturière, Fanny Brawne.

​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​screenshot_01.TQLGGthaSMaw.jpg



Fanny était une fille simple, mais une vieille âme, riche et vaste. Elle se passionna pour ce jeune homme et sa poésie. Lui était trop pauvre pour pouvoir prétendre à elle, vivait au crochet d’un ami vulgaire mais riche et doutait constamment de sa propre valeur. Évidemment, il finit tuberculeux.
Leur liaison fut magnifique, absolue et douloureuse. L'austère mère de Fanny finit par consentir à leurs fiançailles impossibles.
Pour essayer de sauver le poète, ses amis se cotisèrent pour lui payer un voyage dans le sud, en Italie. Il s’embarqua trop tard et mourut là-bas.
Ce film m’a ému. Malgré son petit côté eau de rose romantique, l’histoire a été filmée avec beaucoup de justesse et d’intimisme.
Étrangement, la nuit d'avant, où j’ai eu un sommeil haché et très bizarre, j’ai rêvé d’embarquements et de traversées en bateau. Lors du dernier voyage, j’arrivais en retard au port…
Le film, en V.O. sous-titrée, est entrecoupé de vers magnifiques. Irinaki était la seule ado dans la salle, occupée par des adultes. Elle a suivi le film captivée, le souffle coupé. Nous avons écouté le générique de fin, doublé d’un poème, jusqu’à la dernière seconde. Le film lui a énormément plu.
Puis nous sommes rentrés à la maison. Sur le chemin, j’ai mis ma main sur son épaule et je lui ai dit : « Tu aimeras peut-être un jour ainsi. Je ne sais pas s’il faut te le souhaiter. Un grand amour rend malade, il fait souffrir et il t’use le cœur. Mais quoi qu’il arrive à la fin, si un tel amour devait t’arriver, tu sauras que tu auras vécu et que ta vie aura été pleine. »
Elle m’a écouté en silence. Puis, à la maison, comme sa mère lui demandait de raconter l’histoire, elle a commencé et elle a fondu en larmes. De bonnes larmes, chaudes et abondantes comme une pluie d’été. Je l’ai prise dans mes bras et je lui ai dit : « C’est rien ma fille. C’est la vie. La vie, la vraie, est comme ça. » Alors elle s’est calmée, bien entendu, et elle m’a aidé à préparer un plat de pâtes.
Une grande âme en devenir...

A lire: les Poèmes et Poésies de John Keats
Commentaires

De la nécessaire convergence des systèmes


Je lis sur la BBC que les policiers allemands sont en train de réactiver une bonne vieille technique de la Stasi: le repérage de suspects par des chiens entraînés à pister leur odeur corporelle...
Il s'agit de "suivre les éventuels protestataires violents lors du sommet du G8 en juin".
Malgré des oppositions dignes ("Un Etat qui adopte les méthodes de la Stasi est-allemande se prive de toute légitimité", selon l'oppositionniste Petra Pau), il est certain que le procédé sera mis en route.
C'est, d'abord, un "outil utile", comme l'a finement signalé le ministre de l'Intérieur Schäuble. Or, aujourd'hui, tout "outil utile" est aussi un "outil bon".
C'est ensuite un pas de plus vers la conversion des vieux blocs.
Conversion vers quoi?
Vers le monde transnational régi par les grands trusts (ou le capitalisme d'Etat, ce qui revient au même). Le monde incarné par le G8.
La boucle est ainsi bouclée. A mesure que les citoyens ordinaires sont dépouillés de leurs derniers boucliers face à la violence urbaine, leurs dirigeants développent les techniques de protection (leur protection privée, s'entend). Or, où ces techniques ont-elles mieux marché qu'en RDA? Les renifleurs de la Stasi ont de beaux jours devant eux...


Related Tags: ,

Commentaires

Une incantation

La voix de Robert Plant, même lorsque je ne comprenais qu’à peine sa langue, me faisait voyager dans des mondes parallèles faits de mystère et de “luxe, calme et volupté”. Ce pouvoir d’enchantement lui est resté longtemps (In the Mood for a Melody, If I Were a Carpenter...). La magie de Page, en revanche, s’est envolée avec le Zeppelin...

Première découverte: à 13 ans, l’été 1980, l’année où le groupe disparaissait. Avais acheté, pour la jaquette mystérieuse et la rumeur entourant le Dirigeable, la cassette de Led Zeppelin III. Comment restituer le choc de Immigrant Song, ce hurlement suraigu sur fond de martèlement nibelungien qu’aucun groupe punk ou heavy metal n’a jamais pu égaler? A se cacher derrière les meubles... Et puis, passé cela, un collier de cristaux dorés, acoustiques, légendaires, chaleureux: That’s the Way, Gallows Pole, Tangerine, Bron Y Aur Stomp, entrecoupés de moments d’épouvante tel le coup de chapeau à Roy Harper. Des curés fadas se sont ingéniés à écouter le Zeppelin à l’envers pour y déceler la griffe du Malin. Cuistrerie! C’est à l’endroit qu’il déployait toutes ses pompes, effrontément, au travers de climats sonores aussi captivants que des plantes gobe-mouches.

Plus tard, dans les années les plus solitaires de l’adolescence, j’arpentais les forêts de Choëx avec notre petit Shetland, et reconstituais parmi les souches moussues un monde de mythologie nordique dont les contours, ni visuels, ni sonores, mais... comment dire... intérieurs? — étaient façonnés par la voix de Plant.

Saisir ce charme tyrannique. Le décrire! Repérer d’où partent ces déviations de l’espace-temps que ce chant et ces airs rendaient perceptibles.

* * *

Bien des années plus tard, retrouvé ce même climat dans Thomas Hardy. L’une des Wessex Tales, grinçante histoire de condamné à mort perdu de justesse, préfigure exactement la complainte de la Potence (Gallows Pole).

Related Tags: ,
Commentaires (1)

Grande tension nerveuse (lettre à Clo)


Mon amie,

Me voilà dans le tgv, avec mon vrac de bagages où il manque tout de même deux ou trois éléments. Tant pis. J'ai l'envie plutôt de te raconter ce qu'il m'arrive. Je lisais le roman de Simone Chevallier sur la Madeleine, bien émouvant certes, lorsque nous avons traversé le viaduc sur l'Orbe. Entendant mon voisin d'en face louer le paysage, je regarde par la vitre. L'espace d'une seconde, je vois le serpent de la rivière, d'un vert profond et translucide, qui glisse tranquillement parmi des frondaisons inclinées comme des femmes sur un berceau. Aussitôt, des larmes ont jailli comme si l'on m'avait pelé un oignon sous le nez. Cela m'est déjà venu à deux ou trois reprises ces derniers temps. Face au lac et aux montagnes, au-dessus des fées endormies, ou tout simplement en observant les jeux et les efforts touchants du Moustafa.
La chose est claire: j'ai envie de fuir le monde dans lequel je me suis plongé jusqu'au cou. Je rêve la Save lente, les cours de monastères, le bavardage des femmes au marché.
Je ne supporte plus le monde où nous sommes. Où les machines, comme l'a prédit Philip K. Dick, sont en passe de devenir plus vivantes que les hommes.

Commentaires

Honte d'être Slobo?


Echange fortuit et cocasse sur le net. Je reçois un e-mail d’un abonné suivant le même forum anglophone sur le développement Web. Lui réponds avec mon vrai prénom, relevant que nous sommes quasi voisins (il est Grison). Il réplique en me signalant qu'il est parrain d'un "malheureux" en Serbie et se félicitant de la mort de Slobo “malgré la tristesse de Carla”, puis tente de se rattraper dans le message suivant: “Euh, pardon, c’est pas parce qu’il y a eu Staline qu’on ne doit pas s’appeler Joseph”, etc.

Bref, l’occasion est trop belle d'épingler la mauvaise conscience et l'aveuglement concomitant des Occidentaux. Dernière réplique ci-dessous:


Well, frankly Reihnard, knowing what has happened over there (I served as an "expert/witness" at an early ICTY process and accompanied the Elie Wiesel international inquiry team sent to the "death camps" in Bosnia), i am confident that the judgment of history will wipe some dirt off my name and lay it on those of Carla, William, Franjo, Helmut, Alija, etc. The only difference between Slobo and his rivals was that they were backed by the West, while he wasn't. I didn't like him. He and his family ruined Serbia, he was guilty, but not in the way it has been presented here.

I never even considered using my second name (Anton, due to my Croat half) since 1990. Not just because not every Adolf was Hitler, but because even Slobo was not the Slobo they loved to picture. Had he been so obviously guilty, they'd have fed us with news from his trial every day and every hour instead of censoring it since the very beginning of his defence. I had to follow it through the internet and Serbian B-92 TV... and got the evidence that it was merely a kangaroo court. They needed a justification for the '99 bombing and uranium poisoning of civilians in Serbia and the subsequent Kosovo cleansing, and the nasty Slobo was the scapegoat. But he was a tough player. As he started providing witnesses and evidence against the western warmongering in the Balkans, they turned off the media lights, refused the basic medical care to an ill man, he died, and then they accused him of suicide... That's all. That's how it's always been. Nothing new. Carla herself declared to the NZZ that she had been "tried by the Americans" before she got her job. I just wonder why most people here don't see the pattern linking the destruction of Yugoslavia to the current destruction of Iraq.

So you don't need to apologise ;-) 


Those silly political arguments put aside, I am very glad to read that you are a "kum" to someone in Serbia. This world is so small! 

Our love is much more efficient than our opinions. That is why I am so sceptical towards the world affairs. 


Back to our business : I also need a CMS, am tired of RW, but I quiver at the very mention of "php" or "SQL", etc. Shall we try that Mambo stuff? 


... it's "dobar dan". And "Zdravo"!


Slobodan




Le 4 avr. 06 à 12:12, Reinhard Maag a écrit :
Further to the previous note...

You might bear the first name Slobodan and then again it may only be a
way of getting even and for safty's sake you use Sava as 'nom de couriel'...

Sorry for having muddled here. - But then, think! So many Joe, Sepp,
Joseph, Giuseppe, Jose, Jozip etc around. Inspite. For some loathsome
ones we remember: Djugashvili, Goebbels, McCarthy and politess forbids
mentiong others who have at least a checkered record.

Reinhard / sursilvan


Tue, 4 Apr 2006 10:44:06 +0200 from Xenia

Good morning, Sursilvan.


I suppose we are neigbours (Vevey, VD).

Your notice is interesting. By the way, Dan did not answer to a
personal message of mine after he responded publicly to our thread.

As for IE/PC problems: I spent weeks - literaly ! -- redesigning and
testing a RW theme in order to have it working on 90% of world's
browsers... And no other answers from RW community but: "Who cares
about the IE garbage?"

On the other hand, it has enormous possibilities. I am in trouble,
just like you...


Mit meinen besten Grüssen,

Slobodan Despot (Sava)


Le 4 avr. 06 à 08:30, sursilvan a écrit :

sursilvan from Realmac Software has sent you a message. You can
reply to sursilvan by replying to this e-mail.

The message reads as follows:
----------------------------------------------------------------------
-

Thanks for your contribution!

Notice how all the threads are being shut down except
http://www.realmacsoftware.com/support/viewtopic.php?id=7670
started by deplorable welcomingbirth (well, dunno whether RW sites
remain happy design babies)?

I will have to redesign using another software. Not only failed Dan
et all to respond to the Contact Form threat (known as of Sept 05),
there are more issues. Some themes cause trouble for that IE/PC-
majority out there...

In the end it prooves an old adage: You get what you pay for.

rmaag@gmx.net

----------------------------------------------------------------------
-

--
Realmac Software Mailer

E D I T I O N S  X E N I A
Case postale 395
CH-1800 Vevey
tel. +41 21 921 85 05
fax  +41 21 921 05 57
http://www.xeditions.com





E D I T I O N S  X E N I A
Case postale 395
CH-1800 Vevey
tel. +41 21 921 85 05
fax  +41 21 921 05 57
http://www.xeditions.com


Commentaires
Voir plus ancien...